se connecter au Chat IRC  

L'ARENE
CLASSEMENT
RESUMES
HISTORIQUE

LE JEU
ACCUEIL
LES NEWS
F.A.Q.
INSCRIPTION
LES REGLES
LES ARMES
LES ARMURES
CHAT
CHRONIQUES
TELECHARGEMENTS
LIENS
LE FORUM
RECHERCHER

GREETINGS
L'EQUIPE
SOUTENIR
GOODIES



jeux en ligne







Informations légales
identifiant: pass: connection
persistante:
La Recrue (suite)
par Urk le 2006-12-31
Suite …

… "Je vous présente la remplaçante de J.J."

Kraïvsztynia parut gênée avant de lancer timidement : "c'est-à-dire que … enfin j'avais commencé l'entraînement de plusieurs nouvelles recrues et je pensais …"

Urk se leva promptement et quitta sa place, suivi par la nouvelle guerrière de l'équipe, ainsi qu'il venait de la proclamer, dont les yeux restaient rouges. Il s'adressa à celle qui restait l'entraîneur de l'équipe sans se retourner.

"Venez, ces combats sont ennuyeux, nous devons parler, retournons à la salle d'armes"

Les trois compagnons marchèrent d'un pas alerte, Urk se déplaçant visiblement plus rapidement qu'à l'aller. Kraïvsztynia sentait un léger malaise et à ce moment, se dit qu'elle n'entraînerai jamais plus cette équipe toute seule comme elle l'avait fait depuis le départ du vieux sage. Urk s'arrêta quelques instants à une échoppe puis tous repartir vers la demeure de l'équipe installée à Kalabam.

Une fois à l'intérieur, Urk invita tout le monde à se rassembler dans la salle des repas, comme il avait l'habitude de le faire auparavant. Il s'agissait visiblement d'un signe de reprise d'autorité sur le groupe et tous l'acceptaient ainsi, Urk était resté leur maître à tous même pendant son absence.

Kraïvsztynia n'eut même pas le temps de matérialiser l'éclair qui traversa l'espace qui la séparait d'Urk lorsqu'elle ressenti un léger point dans son abdomen.

"Je vous ai connu plus vive ma chère !"

La championne se recroquevilla lentement, commençant seulement à sentir la douleur lui traverser le corps. Il venait de la poignarder et elle n'avait rien vu. En plus du coup aussi vif que puissant, Urk avait remonté légèrement la courte et fine lame jusqu'au sternum.

"Pourquoi ?" marmonna-t-elle, à genoux, les mains sur le ventre.

"La blessure n'est pas très profonde, mais elle a touché un point vital. Il ne vous reste que quelques minutes pour vous vider de votre sang. Plus qu'il n'en faut en fait pour écouter ce que j'ai à vous dire.
Premièrement, vous avez oublié à qui vous aviez à faire. Vous m'avez coupé dans mes phrases comme un grand père, vous m'avez placé dans la loge comme on guide un vieillard. Je vous ai connu plus respectueuse. Sachez que je reviens d'un monde où j'ai laissé une partie de mon âme. Vous n'avez pas besoin d'en savoir plus, mais je reprends le commandement de cette équipe, et j'y placerai mes nouvelles recrues. Toutes ne sont d'ailleurs pas encore arrivées." Puis s'adressant à tous ceux présents dans la pièce : "et ceux qui s'opposent à cela peuvent partir tout de suite ou mourir … tout de suite aussi"

Il n'y eut aucun bruit dans l'assistance. Personne ne semblait comprendre la nouvelle attitude de l'ancien sage, qui reprit son discours.

"Lorsque l'on revient du royaume des morts … ho, et puis à quoi bon. Kraïsztynia va s'éteindre et je la ramènerai à la vie lorsque j'aurai besoin d'elle, à condition qu'elle décide d'être plus gentille avec son grand-père".

Un rictus cynique marquait son visage alors qu'il se tournait vers la mourante. Il s'approcha d'elle et se pencha sur son corps agonisant, fixant son regard comme une dernière provocation.

"Au fait, je t'ai menti petite, je connais Kalabam depuis bien longtemps et j'y connais du monde. Si J.J. a rencontré un guerrier plus rapide ce soir, ce n'est pas véritablement un hasard. Quand à Grégoire, tu sais que son âme n'est jamais revenue des enfers qu'il a rencontré chez Khutulus. Cette équipe est désormais son un nouvel étendard, mais j'irai progressivement pour ne pas choquer le public. L'image de cette équipe est un peu trop propre et dans deux affranchis, l'objectif du gentil Urk le Sage sera atteint. D'ici là je vais préparer ma propre succession. Promets d'être fidèle et je te ramènerai à la vie."

En glissant une dernière fois sa dague entre les côtes de celle qui m'avait tout appris, il ne loupa pas un seul de ses battements de cils, ni un seul de ses derniers maigres souffles. Personne n'opposa la moindre résistance ce jour là. Je pense que nous étions tous pétrifiés par ce qui arrivait, sachant bien qu'aucun d'entre nous ne pouvais s'opposer à la puissance de ce vieux fou. Sans compter que nous ignorions tout de ses accompagnateurs aux yeux rouges. Ce jour là, je me suis promis de venger celle qui s'était tant investie pour que je puisse un jour rejoindre l'arène.

Cela prendra du temps, mais le vieil homme paiera pour ce crime.



COMMENTAIRE