se connecter au Chat IRC  

L'ARENE
CLASSEMENT
RESUMES
HISTORIQUE

LE JEU
ACCUEIL
LES NEWS
F.A.Q.
INSCRIPTION
LES REGLES
LES ARMES
LES ARMURES
CHAT
CHRONIQUES
TELECHARGEMENTS
LIENS
LE FORUM
RECHERCHER

GREETINGS
L'EQUIPE
SOUTENIR
GOODIES



jeux en ligne







Informations légales
identifiant: pass: connection
persistante:
L'Ombre du Coiffeur
par Les OMBRES le 2005-12-03
Le Coiffeur de Tremiel était un peu aigri, son Ombre avait du attendre un peu plus que les autres pour voir le jour. Mais là le corps sans vie de ce pauvre nain venu chercher la gloire à Tremiel se tenait face à lui.
Le Nécromant que lui et ses amis du Petit Coin avaient embauché, dessinait ses runes maléfiques au dessus de la robuste carcasse naine.
Il leur avait donné du fil à retordre celui-là, c'était bon signe. Bien que le Coiffeur ait pour l'occasion enrôlé ses cinq guerriers dans ce guet-apens mortel, la mort ne fut pas immédiate, quelques ecchymoses chez ses protégés en témoignaient encore.

Lui et les autres membres de l'alliance la plus prestigieuse de Tremiel avaient décidé d'étendre leur notoriété jusqu'à la capitale. Et ils voulaient pour cela que chacun des combattants possède une part d'eux même.
Les mauvaises fréquentations qu'ils avaient dans leur cité les amenèrent à rencontrer un nécromant vivant reclus dans les catacombes de la cité qui leur offrit, moyennant, une somme indécente, des créer des marionnettes habitées par leurs propres ectoplasmes, comme il disait dans son jargon. En fait il s'agissait de mettre un peu de leur âme dans un corps sans vie.

Les cinq entraîneurs pourraient ainsi prendre le contrôle de ces guerriers morts que le nécromant aurait apprêté. Le reste du temps, leur expliqua le sorcier, quand ils laisseraient ce corps divaguer, celui-ci perdrait sa substance, se transformant en une ombre d'eux même, un fantôme sans raison qui errerait à travers Kalabam, en singeant comme dans un songe la personnalité de son image vivante.



Trois jours plus tard…
...Kalabam, le Grand Marché....

Un beau garçon marchait d'un pas alerte, se délectant, l'air de rien, des regards en coin des femmes qu'il croisait.
Soudain dans la cohue, le beau mâle se retourna furibard, collant une droite à un bourgeois derrière lui.

-Pour qui m'as-tu pris vieux vicelard ?
-Mais je n'ai rien fait... répondit le bourgeois choqué.
-C'est ça ! Tu m'as mis la main au cul vieux dégueulasse.

"Oh" fit la foule amusée.
Le vieux ventripotent héla un valet trappu qui portait ses achats et lui demanda de corriger le malotru qui l'avait frappé sans autres formes de procès. Une bagarre éclata alors dans la foule agglutinée, se propageant vite fait à tout le marché. Des tomates s'envolaient d'on ne sait où, mais finissaient inéluctablement en plein dans la poire des passants.
A la fin de la cohue, la garde citadine mettant fin au tumulte.
Tous rentrèrent chez eux, les cheveux ébouriffés en des coiffures des plus audacieuses qu’on vit jamais, le visage comme maquillé par les couleurs bigarrées de leurs écorchures, bleus et plaies purulentes. Ils avaient encore le souvenir un peu flou d'une ombre parmi la cohue et un ricanement agaçant plein la tête.

Certains, parmi les plus avant-gardistes, décidèrent de rester coiffés ainsi.


COMMENTAIRE
le troubadour noirle 03/12/2005 à 22:46
Venez coiffer tout le public de mes concerts!! je vous subventionne! Et massacrez les cheveux du Medef!!

Vous qui faites partie de la plus terrible organisation de Trémiel, c'est-à-dire de la plus terrible organisation qui soit!!



les OMBRESle 04/12/2005 à 20:41
Vous nous étrillez très cher ???

Il me semblait pourtant avoir rencontré deux fois votre ambassadeur, et l'avoir battu ... deux fois.

Mais la mémoire doit me faire défaut.

Rassure-toi Troubadour, je vais à moi seul redresser les torts en cette cité. Je tente le titre au prochain tour d'ailleurs. :))



le troubadour noirle 04/12/2005 à 22:54
Je te reconnais bien là, mon doux coiffeur!!! -oups! je suis encore ivre!

Rrrrrrrrahhhhhhhhh sur le MEDEF!!