se connecter au Chat IRC  

L'ARENE
CLASSEMENT
RESUMES
HISTORIQUE

LE JEU
ACCUEIL
LES NEWS
F.A.Q.
INSCRIPTION
LES REGLES
LES ARMES
LES ARMURES
CHAT
CHRONIQUES
TELECHARGEMENTS
LIENS
LE FORUM
RECHERCHER

GREETINGS
L'EQUIPE
SOUTENIR
GOODIES



jeux en ligne







Informations légales
identifiant: pass: connection
persistante:
L'omBre nauséeuse
par Les OMBRES le 2005-11-28
Un souffle, une ombre, puis… plus rien. Plus rien d’autre qu’une odeur âcre, nauséabonde. Le genre de senteur qui vous tient le nez pour ne plus le lâcher. Le parfum typique dont on préfèrerait se passer. Pour ceux de Kalabam, il ne signifiait encore rien, mais il n’en était pas moins déplaisant, dégoutant. Ailleurs, sur l’île, là où on savait à quoi il était associé, on l’évitait comme la peste. Répugnant et nauséeux, il donnait des sueurs froides.

Un second souffle. L’ombre venait de bouger. L’atmosphère se radoucit, redevenant respirable. L’odeur habituelle de la cité, mélange subtile de senteur de mort (émanant des rats qui peuplaient le ras-du-sol), du parfum âpre de sueur (dégoulinant de la foule s’agglutinant pour saluer les héros), d’essence d’excréments (s’échappant des systèmes d’épurations peu fonctionnels de la vieille ville) et de sentiment de peur (qui se dégageait des petites gens visiblement persécutés par les percepteurs sans scrupules dont on ne citera pas les noms) reprit son droit. Elle n’était guère agréable, mais beaucoup plus supportable. Les gens l’avaient depuis longtemps assimilée et n’y prêtaient plus attention. Quelques reniflements seulement.

Une silhouette s’immobilisa près de l’auberge. Le doux fumet du ragoût mijotant dans les cuisines se dissipa soudainement. L’ombre pas plus haute qu’un moufflet de trois ans renifla fortement. Elle disparut à nouveau avant de réapparaitre quelques instants plus tard à quelques mètres de là. Humant l’air alentour, elle semblait assimiler toutes les effluves qui atteignaient ses narines proéminentes. Elle semblait s’imprégner de la ville par le biais de son nez. Elle se déplaça encore plusieurs fois, allant de ruelle en ruelle capturer les caractéristiques olfactives de Kalabam. A vue de nez, la capitale de Momento Mori n’était finalement pas si grande. Le tour des odeurs fut vite fait.

Un air glacial souleva l’air. La silhouette frissonna. Esquissant un sourire discret, elle gagna une ruelle plus étroite que les autres. Finalement, « lui » était arrivé le premier, mais les autres n’étaient toujours pas là. Le regroupement n’était donc pas imminent. S’asseyant dans un coin d’obscurité, l’individu retira ses grosses galoches, laissant apparaître des chaussettes cramoisies trouées desquelles s’échappait un filet de fumée vert à l’odeur fétide. Quelques rats prirent la fuite. L’omBre nauséeuse marquait son territoire. Désormais les bas-fonds de Kalabam lui appartenaient. Rats et blattes n’avaient qu’à bien se tenir !


COMMENTAIRE
sir guinnessle 28/11/2005 à 11:51
encore un rebus de la société!!!!

la taxe sur le ramassage des ordures va etre revu a la hausse, je le sens

ca ne sent d'ailleurs pas la rose...



Hornyle 28/11/2005 à 12:17
Chouette ! Si c'est un truc qui sent mauvais, c'est bon signe !

D'ailleurs, vous n'avez jamais remarqué ? Ce sont les choses qui sentent le plus mauvais, qui sont très souvent le plus agréable. Un gros caca, ça pue non ? Mais qu'est-ce que c'est bon... Une moule, ça daube, hein ?? Mais quel plaisir d'y fourrer... tout ce que vous voudrez. Et le tabac du Duc, y'a pas pire, surtout avec ce qu'il rajoute, et pourtant, quel pied !! ;)

J'ai hâte de voir qui se cache derrière tout cela.
Patience...



Les Ombresle 28/11/2005 à 16:11
Pour les autodafés, je me doit de rafraichir l'atmosFEAR, les flames geleront sur place et le blizzard mordant balaiera les rues vides et nauséabondes de Kalabam.

Froidement.

L'Ombre de Glace



barle 28/11/2005 à 16:51
Sans oublier SCHPLORK le camembert démon, Horny!



Hornyle 28/11/2005 à 18:56
Oui.
Mais il est mort ce tour.
Donc pet à son âme crémeuse...

Snif...



le troubadour noirle 29/11/2005 à 10:50
J'aime que cela sente la sueur et que l'on glisse sur le foutre lors de mes concerts: Bienvenue, être nauséabond!



savahle 01/12/2005 à 11:41
les pinces à linge sont fournies ?