se connecter au Chat IRC  

L'ARENE
CLASSEMENT
RESUMES
HISTORIQUE

LE JEU
ACCUEIL
LES NEWS
F.A.Q.
INSCRIPTION
LES REGLES
LES ARMES
LES ARMURES
CHAT
CHRONIQUES
TELECHARGEMENTS
LIENS
LE FORUM
RECHERCHER

GREETINGS
L'EQUIPE
SOUTENIR
GOODIES



jeux en ligne







Informations légales
identifiant: pass: connection
persistante:
L'ENTERREMENT DE CARLOS
par TYMSAMMA le 2003-01-07
"Allez, les enfants, le cimetierre n'est plus qu'à deux kilomètres ! Du jarret !"
Mes quatre gars portaient le cercueil du défunt Carlos Ze Big Bisous, premier guerrier de mon équipe à avoir clamsé sur le sable. Il avait bien mérité son nom, car les porteurs soufflaient sous la charge.
Pendant que mes baveux discutaient entre eux, je me remémorai les deux lettres que je venais de rédiger. La première était pour le journal local, LES MOMENTO MORTS RIENT. C'était une lettre ouverte adressée à l'entraineur des Wallabies, dont Le Koala avait dessoudé mon glad. Elle disait en substance ceci : "monsieur Swan, sachez que la conduite de votre guerrier a été indigne ! La rapidité suspecte avec laquelle CARLOS est mort laisse subodorer l'usage d'armes truquées, ou pire encore, de poisons utilisés dans un but mortifère. Sachez que ma vendetta sera terrible, je ferai le maximum pour que justice soit faite ! Je ne vous salue pas ! Signé TYM."
Voilà pour les apparences publiques. Quant à l'autre...
-"Moi jy ti dis qu'on devrait fourrer le cercueil aux explosifs, et que le prêtre il ouvre et BOUM ! Tous morts !
-Pas cette fois, Moussaka, répondis-je. C'est Karol qui va bénir le cercueil. Pas vrai, Padre ?
-Ite, missa est !
-c'est ça, arrête ton latin de cuisine. Economise ta salive. Plus qu'un kilomètre, les enfants !"
Voyons, que je me rappelle. La deuxième lettre a été envoyée directement à Swan, pour qu'il ne soit pas dupe de la situation. Je lui disais : "mon cher Swan, sache que je ne te remercierai jamais assez de m'avoir débarrassé du boulet qu'a été Carlos. Comme un idiot j'ai dû supporter ses frasques incessantes, ses chansons
débiles et sa bonne humeur écoeurante. J'effectuerai la vendetta, mais juste pour sauvegarder les apparences. Ton débiteur, TYM."
Je levai les yeux. On passait à l'instant sous le porche d'entrée du cimetierre. Le cercueil s'affala sur le sol.
-"Bon sang, faites attention. Manquerait plus que Carlos fasse un comeback !
-Faut dire patron, c'est pas facile de le porter avec vous assis dessus !"
C'est vrai, je pouvais bien marcher pour ces derniers mètres. Un doute me vint subitement.
-"Charles, tu as bien posté les deux lettres comme je te l'ai demandé ?
-C'est à dire... Je les ai bien postées. Mais...
-Mais quoi ?
-Je crois...Enfin, je suis pas sûr. Vous vous fâcherez pas, hein ?
-Bon sang, parle !
-Et bien, je crois que j'ai inversé les deux adresses.
-ARGHHHHH !!!!"



COMMENTAIRE